(Français en dessous)

Into Dr. Agashe …

On a bright sunny Montreal afternoon in late July 2008, Festival Acces Asie’s Shereen Joselph sat down with India’s Dr Mohan Agashe to get some tidbits and insights of the good doctor ( and a great actor )…

The following are highlights of what the doctor said:

You start acting as a child by imitating people you encounter in your environment. Everyone is an actor and it starts at an early age. Kids have an innate curiosity without fear.”

“If you aren’t very expressive, acting allows you to express yourself and compensates for a lack of facility in verbal or written forms of communication. Acting also doesn’t require any monetary supplement as an activity.”

I learnt at an early age to negotiate with my parents and found that maintaining good grades allowed me the freedom to act. I also found that if I didn’t show too much intelligence then expectations of you were not so high.”

“..you are allowed to be insane in society – so long as you act sane.”

my acting skills freed me as a physician and lent themselves well to my medical profession. My theatrical training helped me understand human behaviours and my training in psychiatry helped me treat them.”

You can study psychiatry from a textbook but acting helped me understand it. Psychiatry patients’ behaviours are dictated by their beliefs. A paranoid patient with hallucinations that I used to observe would talk to an imaginary person across the lunch table for hours. And most observers were tempted to believe there was someone there because he firmly believed it. Here is where I learnt to become a character by buying into their reality and situations. You have to believe it to portray it accurately.”

Artists have egos but as a psychiatrist I am adept at managing egos. If egos get out of control then actors end up fighting instead of creating so they need a buffer. Acting exercises what is bad out of you so I find it cathartic to play villains – it helps you exercise your inner demons.”

“VIVA_CONFUSION”_____________________________________________

To comment on this societal dilemma, I would first need to ascertain the depth of the cultural confusion. I ask myself, “Is it a convenient confusion?” where we blame discrimination for any cultural problems. Human intelligence is a manipulative tool — it can lull us into a false sense of security that makes us believe that we are allowed to express our cultural identity. “Is it a future anxiety that is not yet a daily reality?” where we are conflicted over whether to chose to remain in our original cultural identity or adopt the one in the new country that you have displaced yourself in. In this case most people ask themselves, “Where do I belong?” Human perception is multiple not uniform.

Acting is a way of finding truth. Cultural Confusion is the exploration to uncover the truth about identity and how much this affects the course of your life. There are people who came here with choice and those that came here not out of choice. Ultimately, the goal of the project is to understand one’s own confusion and those of others. I will play the role of an MD, which isn’t a stretch as I’ve been playing doctor all these years. The subject is a touchy one but an artistic interpretation of the subject matter is a healthy way of exposing these deep-rooted issues. Acting is a great way to voice objections and channel any cultural frustration. Artistic insurgence prevents realistic riots.”

_______________________________________________________

Lors d’un lumineux après-midi montréalais de la fin juillet 2008, Shereen Joseph du Festival Accès Asie, a rencontré le Docteur Mohan Agashe afin de nous révéler quelques secrets de ce bon docteur et grand acteur en provenance de l’Inde…

« Comme enfant, on commence à Jouer en imitant les gens que l’on rencontre dans notre milieu. Tout le monde est acteur et cela débute en bas âge. Les enfants ont une curiosité innée, ignorant la peur. »

« Si tu n’es pas très expressif, Jouer te permet de t’exprimer et de compenser pour les manques, les difficultés à t’exprimer, à communiquer verbalement ou par écrit. De plus, Jouer est une activité qui n’exige aucun supplément monétaire. »

« Très jeune, j’ai appris à négocier avec mes parents et j’ai réalisé que maintenir de bonnes notes à l’école, me permettait d’avoir la liberté de Jouer comme acteur. J’ai aussi pris conscience que si je ne démontrais pas trop d’intelligence, alors les attentes à mon égard n’étaient pas trop élevées. »

«…il t’est permis d’être déséquilibré dans la société-tant que tu le caches par ton jeu. »

« Mes habiletés en tant qu’acteur me libèrent comme médecin et servent bien ma profession médicale. Ma formation en jeu théâtral m’a aidé à comprendre les comportements humains et ma formation en psychiatrie m’a aidé à les traiter. »

« Tu peux étudier la psychiatrie à partir d’un livre mais Jouer m’a aidé à la comprendre. Les comportements de patients de psychiatrie sont dictés par leurs croyances. Un patient paranoïaque qui avait des hallucinations et que je suivais, pouvait parler pendant des heures à une personne imaginaire qu’il voyait de l’autre côté de la table à manger. Et plusieurs observateurs étaient tentés de croire qu’il y avait réellement quelqu’un parce que le patient le croyait fermement. C’est dans ce contexte que j’ai appris à devenir un personnage ; en acceptant d’entrer dans la réalité et les situations des patients. Il faut les croire pour arriver à les dépeindre avec précision. »

« Les artistes ont des ego, mais en tant que psychiatre, je suis un expert en gestion d’ego. Si les ego deviennent hors de contrôle, alors les acteurs finissent par se battre au lieu de créer, ils ont donc besoin d’un amortisseur. Jouer permet de libérer ce qu’il y a de mauvais hors de soi, j’ai donc trouvé cela cathartique de jouer des rôles de Mauvais – cela aide à exorciser les démons intérieurs. »

A propos de “Viva confusion”

Pour être en mesure de commenter à propos de ce dilemme de société, j’aurais d’abord besoin d’établir la profondeur de la confusion culturelle. Je me demande : « Est-ce que cela est une confusion appropriée où nous blâmons la discrimination pour tout problème culturel ? ». L’intelligence humaine est un outil malléable – elle peut nous procurer un faux sentiment de sécurité afin de nous faire croire que nous avons le droit d’exprimer notre identité culturelle. « Est-ce une appréhension de l’avenir qui n’est pas déjà une réalité quotidienne où nous sommes en conflit à savoir si l’on choisi de demeurer fidèle à notre identité culturelle d’origine ou si l’on adopte la culture du nouveau pays où nous sommes. Dans ce cas, la plupart des personnes se demande « A quel endroit j’appartiens ? ». La perception humaine est multiple.

« Jouer est une manière de trouver la vérité. La confusion culturelle permet l’exploration afin de découvrir la vérité à propos de l’identité et comment cela affecte le cours de votre vie. Il y a des gens qui ont choisi de venir ici et il a ceux, qui ne l’ont pas choisi. En fin de compte, l’objectif de ce projet est de comprendre notre propre confusion et celle des autres. Je jouerai le personnage d’un médecin qui n’est pas représentatif de celui que j’ai été toutes ces années. La confusion culturelle est un sujet délicat mais une interprétation artistique de celui-ci est une manière saine d’exposer ces profonds questionnements. Jouer est une merveilleuse façon de faire entendre les objections et de communiquer toutes frustrations culturelles. L’insurrection artistique prévient les émeutes possibles dans la réalité.

Advertisements